Comment fonctionne une yaourtière

AccueilCuisine et recetteComment fonctionne une yaourtière

Faire du yaourt à la maison est simple et relativement peu exigeant.

La yaourtière est pratique, si elle est bien choisie, mais elle n’est pas indispensable car il est très facile de la fabriquer avec quelques outils et un four ménager normal, comme indiqué dans cet article sur les yaourts maison.

Malheureusement, la plupart des yaourtières du marché ont un défaut fondamental : elles produisent trop peu de yaourt pour le volume qu’elles occupent, du moins celles à pots. La yaourtière à pichet est une autre affaire, et c’est certainement un produit plus intéressant. Mais voyons quelles sont les différences et comment choisir une yaourtière.
Comment fonctionne la yaourtière

La yaourtière est un incubateur capable de maintenir une série de récipients, généralement des pots de 100-150 ml, à une température constante de 40-45 degrés, température optimale pour le développement des bactéries qui transforment le lait en yaourt.

Pour ce faire, la yaourtière dispose d’un élément chauffant qui réchauffe un compartiment dans lequel sont placés les récipients (ou le pot) contenant le lait et les enzymes du lait. Un dispositif de contrôle maintient la température du récipient à environ 40 degrés, ce qui permet de produire le yaourt en un temps variable.

La yaourtière en pot dispose d’un compartiment large et bas qui peut contenir 4 à 8 pots de yaourt d’environ 150 ml. Ce type de yaourtière est plutôt encombrant par rapport à la quantité de yaourt qu’elle peut produire à chaque incubation.

La yaourtière à pichet, en revanche, est haute et étroite et à l’intérieur de la chambre chauffée, vous pouvez incuber un récipient de 1,5 litre ou plus, ce qui permet une production de yaourt bien plus élevée pour le même espace qu’une yaourtière en pot. Une fois produite, la carafe prend également moins de place dans le réfrigérateur.

Le seul inconvénient de la yaourtière à pichet est que le yaourt dans les pots refroidit plus rapidement lorsqu’il est placé dans le réfrigérateur, mais ce n’est rien comparé à l’avantage de produire deux fois plus de yaourt que la yaourtière à pot.
Utilisation correcte de la yaourtière

A lire :   Capteur de graisse : La bonne idée incontournable en matière de perte de poids

Je ne comprends toujours pas pourquoi, mais les manuels d’instructions des yaourtières commerciales recommandent des temps d’incubation bibliques de 6 à 12 heures, alors que 3 heures suffisent pour faire du yaourt. Je recommande de vérifier la yaourtière après 3 heures et si le yaourt s’est formé, mettez-la au réfrigérateur.

A lire :   Capteur de graisse : La bonne idée incontournable en matière de perte de poids

Il est préférable d’utiliser du lait entier, ou un mélange de lait entier et de lait demi-écrémé. Le lait frais pasteurisé convient parfaitement. L’important est de traiter le lait par la chaleur, comme indiqué dans l’article sur le yaourt maison, pendant au moins 15 minutes à 90 degrés (lorsqu’il mijote légèrement), puis de le filtrer, de le laisser refroidir, puis d’ajouter le ferment et de l’incuber.

Le ferment à utiliser dans la yaourtière doit être un yaourt blanc ordinaire, les cultures achetées en pharmacie ou ailleurs sont chères et donnent en moyenne des résultats inférieurs. Je vous recommande simplement de choisir votre yaourt préféré et d’utiliser une cuillère à café par litre de lait, vous n’avez pas besoin de plus (encore une fois, beaucoup de gens recommandent des quantités excessives de yaourt comme starter).

Je vous déconseille d’utiliser le yaourt fabriqué dans une yaourtière comme starter, ou de l’utiliser une ou deux fois et de recommencer avec un starter « frais ». En effet, la relation entre les bactéries finira par changer et le yaourt ne sera pas aussi bon que la première fois.

Une fois prêt, le yaourt doit être mis au réfrigérateur pendant au moins 6 à 8 heures, période pendant laquelle il se raffermira de manière optimale. A ce stade, on peut le laisser coaguler tout entier, en en prenant un peu à la fois sans mélanger le reste : le petit-lait se séparera et sera facilement éliminé, et le yaourt deviendra plus concentré, crémeux et calorique. Sinon, vous pouvez briser le caillot en mélangeant bien avec une cuillère pour obtenir un yaourt homogène qui ne séparera plus le petit-lait et aura toujours la même consistance.